Climat

Climat
petits jardins

Pour un Paris vert et résilient

Végétaliser Paris

  • Créer un poste de premier.ère adjoint.e à la transition écologique à la mairie centrale et dans chaque arrondissement.
  • Planter 100 000 nouveaux arbres à Paris sur la mandature. 
  • Stopper la bétonisation de la ville et l’artificialisation des sols. La construction neuve sera limitée aux opérations de démolition reconstruction, sur des parcelles sans intérêt patrimonial, et réalisée en matériaux bio sourcés.
  • Repérer et protéger les îlots arborés en les classant et sanctuariser des arbres remarquables.
  • Créer des continuités végétales, de terre et d’eau afin de relier les bois, parcs, jardins et masses d’eau entre eux.
  • Augmenter les horaires d’ouverture des parcs et jardins et les adapter aux saisons, aux variations de température et aux usages propres à chaque quartier.
  • Poursuivre la dynamique des permis de végétaliser confiés aux citoyen.ne.s volontaires en mettant à disposition de la bonne terre, en facilitant l’accès à l’eau, en favorisant la création de conseils locaux de végétalisation et en expérimentant des dispositifs d’accompagnement des citoyen.ne.s par des professionnels en insertion.
  • Faire plus de végétalisation sur les voies sur berges avec pour objectif de créer un jardin des berges et de mieux résister aux inondations.
  • Promouvoir et accompagner dans leurs projets de végétalisation les copropriétaires, conseils syndicaux de copropriété sur le plan technique (potentiels et avantages) et des possibilités de financement et s’assurer qu’ils n’utilisent plus de pesticides. Pour les bailleurs sociaux, associer via la formation les personnels volontaires parmi les gardien.ne.s. ou jardiniers aux projets de végétalisation ; veiller à ne pas surcharger leur charge de travail et primer les volontaires.

Biodiversité

  • Etablir un plan ambitieux de lutte contre la pollution lumineuse visant à constituer une trame noire, afin d’améliorer la qualité de vie des parisiennes et parisiens et de limiter les nuisances causées à la biodiversité par l’éclairage nocturne. En particulier, faire évoluer l’éclairage public vers plus de sobriété et le destiner prioritairement aux piétons et aux mobilités douces, diminuer la lumière projetée vers le ciel et faire cesser l’éclairage publicitaire.
  • Protéger la Petite Ceinture, réservoir de biodiversité, et y aménager par endroit une promenade de découverte de la biodiversité.
  • Lancer un plan de réouverture du cours de la Bièvre et des autres cours d’eau qui traversaient autrefois Paris et étudier le réaménagement de certains quais de Seine afin de créer des zones humides et des lieux de fraie (reproduction des poissons).

Agriculture urbaine 

  • Systématiser la mise en place de jardins partagés ou familiaux dans tous les nouveaux projets urbains afin de créer un maillage dans tout Paris. 
  • Accompagner (logistique, formation, mise en réseau) les projets d’agriculture de citoyen.ne.s ou collectifs dans les cours et sur les toits.
  • Installer des jardins et potagers en agroécologie dans toutes les écoles et crèches où une équipe est volontaire pour les entretenir.

Protection des animaux 

  • Créer une délégation à la Condition animale et à l’animal en ville et mettre en œuvre un Plan Condition animale.
  • Pour une alimentation moins carnée, mettre en place une alternative végétarienne quotidienne dans toutes les cantines scolaires et publiques ainsi qu’un repas végétarien et  hebdomadaire pour toutes et tous.
  • Interdire les spectacles ou attractions faisant appel à des animaux sauvages et s’engager à accompagner les circassiens dans leur reconversion artistique et financer des parcs de retraites pour les animaux.

Énergie 

Accélérer la rénovation énergétique

  • Créer un service transversal de lutte contre la précarité énergétique qui implique les bailleurs, les entreprises qui rénovent, les services sociaux etc. autour de l’agence parisienne du climat afin de traiter le problème à la racine. Créer d’autre part un service d’accompagnement des personnes en précarité énergétique pour les aider à mieux maîtriser leur consommation. 
  • Financer le service public de l’efficacité énergétique en doublant au minimum les moyens de l’Agence parisienne du climat pour faire face à l’augmentation à venir des rénovations.
  • Lancer une opération Éco-rénovons Paris 2 en ciblant particulièrement les passoires énergétiques ainsi que les logements chauffés au fioul pour viser leur éradication en 2030, conformément au Plan Climat. Lancer des zones de rénovation concertée afin de diminuer les coûts de rénovation en mutualisant le plus possible les solutions.
  • Lancer un grand plan de rénovation énergétique du patrimoine de la ville.
  • Exonérer de taxe foncière pendant 5 ans tout logement rénové thermiquement avec un gain énergétique d’au moins 40 %.

Production d’énergie verte 

  • Accélérer le tri à la source des biodéchets et les valoriser localement via le développement de projets de biométhanisation, en favorisant la coopération avec les communes limitrophes, sans exclure la dynamique autour du compostage collectif.
  • Subventionner les coopératives citoyennes d’énergie en favorisant leur action et leur implication sur le territoire. Les citoyen.ne.s doivent avoir les moyens d’agir. Aider à l’émergence des futures communautés citoyennes d’énergie.
  • Accompagner et soutenir les opérations d’autoconsommation pour permettre aux copropriétés, aux bailleurs sociaux et aux entreprises de produire et consommer leur propre énergie. En 2018, Paris a bénéficié de 1 995 heures d’ensoleillement qui peuvent être transformées en électricité.

Service de l’énergie et formation

  • Redonner à la ville la gestion de la question énergétique en créant « Énergies De Paris » entité associant puissance publique et citoyen.ne.s afin de refaire de l’énergie un bien commun partagé dignement entre tou.te.s. 
  • Incuber la première École Nationale de la Transition Energétique et Ecologique (ENTEE) qui aura des formations professionnalisantes et une approche interdisciplinaire : énergéticiens formés au coût sanitaire et social de la précarité, paysagistes spécialisés en végétalisation et permaculture urbaine, économistes de la rénovation du bâti.

Mobilité

Piétonnisation et espace public

  • Créer dans les arrondissements des « centres piétons », c’est-à-dire un réseau de rues réservées aux piétons et aux cyclistes (cf. Réseau Vert) en concertation avec les conseils de quartier et aménager les places, devenues des carrefours, pour retrouver des lieux de rencontre et d’échanges.
  • Assurer une largeur de 2 mètres des trottoirs pour que toute personne puisse se déplacer aisément. Si la rue est trop étroite pour accueillir de larges trottoirs, alors ce doit être une rue piétonne ou une zone de rencontre.
  • Rendre piétonnes, partout où cela est possible, les rues où se trouvent des écoles pour que les enfants puissent se déplacer et jouer sans danger, en concertation avec les parents d’élèves et les riverains (objectif 300 abords écoles avec une priorité sur les plus polluées). 

Paris capitale du vélo 

  • Créer une « Vélopole » avec les communes du Grand Paris, grâce à des aménagements structurants et sécurisés pour les cyclistes. Relier Paris et les villes d’Ile-de-France en permettant le transport des vélos dans les trains, en organisant le stationnement dans les gares.
  • Développer le stationnement sécurisé des vélos dans les gares, les établissements publics, les lieux de travail, en installant des box dans les rues.
  • Poursuivre le développement du Réseau Express Vélo sur les grands axes afin de permettre le transit et d’un réseau 100% vélo afin de mailler toutes les petites rues. 
  • Organiser des « foires aux vélos » mensuelles, réparer et réemployer les vélos-ventouses.

Transports en commun

  • Multiplier les traverses (lignes de minibus) dans les quartiers.
  • Aménager les lignes de bus les plus fréquentées avec des bus à haut niveau de service (BHNS) avec priorité aux feux et en général rendre les bus prioritaires sur les grands axes.
  • Faire avec Idf Mobilités la jonction entre les lignes de métro 3bis et 7bis.
  • Relier les 5 grandes gares SNCF parisiennes par un tramway de Montparnasse à gare du Nord.
  • Mettre en discussion avec Idf Mobilités la mise en place de ticket intermodal pour permettre aux usagers de passer du bus au métro au tramway sur un même trajet (comme cela existe partout sauf à Paris).
  • Demander à la RATP la publication de l’intégralité des études techniques réalisées par le STIF, aujourd’hui Ile-de-France-Mobilités pour évaluer la faisabilité d’une mise en accessibilité du métro.

Libérer Paris de la voiture

  • Limiter la vitesse de circulation à 30km/h dans Paris et 50km/h sur le boulevard périphérique dès maintenant, pour une ville apaisée et plus sûre.
  • Transformer le boulevard périphérique en boulevard urbain : promenades plantées pour les piétons, voies vélos, voies transports partagés (bus, navettes, taxis…) et faire une journée par mois « Périph sans voiture » pour le rendre aux piétons et aux mobilités douces.
  • Renforcer la zone de faible émission (ZFE) afin de la limiter aux seuls véhicules CRIT’AIR 0 et 1 en fin de mandat et créer des zones de trafic limité pour des quartiers verts. En attendant, poursuivre la création de zones « Paris Respire » dans tous les arrondissements de Paris.
  • Rendre payant le stationnement des 2 roues motorisés comme à Vincennes et Charenton, cette mesure contribuant à limiter les motos-ventouses.
  • Lutter contre le bruit des 2 roues motorisés en verbalisant les véhicules au-dessus du seuil de décibels autorisé. Investir dans la recherche pour des radars flashant en cas de bruit trop important.
  • Transformer la moitié des places de parking en surface en 5 ans, soit l’équivalent de 60 hectares reconquis sur la voiture.
  • Interdire tout déploiement d’offre de mobilité partagée sans autorisation préalable de la Ville. Conditionner l’exploitation commerciale à des critères stricts de respect de l’espace public, à la sécurité routière, à l’impact social et environnement de l’activité et au paiement d’une redevance.

Logistique

  • Créer des espaces logistiques urbains pour la livraison du dernier kilomètre avec des modes peu / ou pas polluants (vélos cargos, remorques électriques, fourgonnettes gaz, électriques, hydrogène).
  • Créer un réseau de stations d’autopartage de véhicules utilitaires électriques, gaz ou hydrogène.
  • Développer ou renforcer les projets de livraisons par fret ferroviaire et par voies fluviales.
  • Lancer un système de réservation pour les places de livraison, avec un contrôle par bornes connectée.